RESPIRATION PAR LE NEZ OU PAR LA BOUCHE ?

Infolettre Février 2017

 

 

Voilà une question que bon nombre d'entre nous se sont déjà certainement posée : est-il préférable pour être et rester en bonne santé de respirer plutôt par le nez ou bien plutôt par la bouche ?

 Certaines recherches scientifiques confirment désormais ce que la tradition ancestrale yogique enseigne depuis plusieurs millénaires : la respiration physiologique est une respiration nasale, nous allons détailler les raisons de ceci et les exceptions à cette règle.

 

La respiration par le nez

 

Voici plusieurs raisons qui justifient le choix d'une respiration par les narines :

 

- Le corps humain est parcouru par une multitude de canaux énergétiques subtils appelés nadis qui contribuent à son équilibre énergétique. Les trois nadis principaux, dans la tradition yogique et la médecine ayurvédique, s’appellent ida, pingala et sushumna. Ida et pingala, dont le parcours commence à la base de la colonne vertébrale, s'enroulent autour de sushumna et de la colonne vertébrale pour se terminer respectivement au niveau de la narine gauche et de la narine droite. Sushumna, quant à lui, s'exprime dans son plein potentiel lorsque chacune des deux narines est pleinement ouverte. Respirer par le nez permet donc, en tout premier lieu, d'absorber l'énergie vitale qu'est le prana et de la rendre disponible pour notre corps; notons qu'il n’existe pas de nadis majeurs reliés à l'orifice de la bouche.

 

- La respiration par les narines permet également le filtrage grossier, grâce au mucus et aux cils vibratiles, des bactéries, particules, poussières et autres pollutions présentes dans l'air inspiré, ce qui constitue une aide précieuse à la défense immunitaire du corps.

 

- Elle permet l'humidification et le réchauffement de l'air circulant dans les cornets afin de faciliter un meilleur échange O2/CO2 et de préparer en douceur les délicats tissus des poumons.

 

- La science a par ailleurs prouvé que la respiration par les narines d'un air, rappelons-le, composé de 21% d'oxygène O2 mais également de 78% d'azote N2, permet la création d'oxyde d'azote NO dans les sinus (qui font partie intégrale du système nasal) avant que l'oxygène soit transporté vers les poumons. La molécule NO ayant pour propriété de détendre les vaisseaux sanguins et de les élargir, c'est 15 pourcent d'oxygène supplémentaire qui peut ainsi être absorbé et transporté vers les poumons lors de ce processus, en comparaison d'une respiration effectuée par la bouche.

 

- La respiration nasale accroît aussi l'absorption d'O2 à cause de la résistance fournie lors de l'expiration par les narines. L'air expiré par les narines circule plus lentement que s'il l'était par la bouche, il passe davantage de temps dans les poumons et l'oxygène est donc absorbé en plus grande quantité.

 

- La muqueuse nasale côtoyant les terminaisons du nerf olfactif, dans ce type de respiration l'odorat va pouvoir contrôler la qualité de l'air inspiré et éviter ou réduire l'ingestion d'air vicié (chacun(e) d'entre nous s'est trouvé à un moment ou un autre dans une situation où nous avons restreint notre souffle à cause des odeurs en présence).

 

- Enfin, la respiration par le nez est préférable chez l'être humain car elle est plus calme, plus apaisante et plus subtile que celle réalisée par la bouche.

 

 

La respiration par la bouche

 

On l'a compris avec l'exposé ci-dessus, on a tout intérêt, dans la plupart des situations de la vie, à pratiquer la respiration par le nez, mais dans certaines conditions particulières, la respiration par la bouche est possible et parfois tout à fait bénéfique.

 

- Cette respiration buccale est nécessaire quand les narines sont obstruées et que le corps cherche alors à absorber l'oxygène et l'énergie de la manière la plus confortable possible.

  

- Également lorsque d'importants efforts physiques doivent être produits, lors de pratiques sportives intenses ou encore en cas de besoin de reprise rapide de la respiration chez les nageurs, chanteurs et certains musiciens.

 

- Elle peut se justifier parfaitement, par ailleurs, dans un contexte thérapeutique, dans le cadre de certaines techniques telles la Respiration Consciente (ou Rebirth), la Respiration Holotropique ou de pratiques de souffle chamanique, où puissance et dynamique respiratoire peuvent être nécessaires afin de permettre un lâcher-prise et une mise à l'écart du mental, avec pour but escompté de favoriser certaines libérations émotionnelles.

 

Notons enfin que la respiration par la bouche procure moins de résistance que celle effectuée par le nez car les conduits sont plus grands, et que par ailleurs on peut mieux faire varier le flux d'air respiré par la bouche en adaptant le positionnement des lèvres, de la langue ou du voile du palais.

 

 

Bonne Respiration !

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.