RESPIRER DANS LE THYMUS POUR SURMONTER SES PEURS

Infolettre  Mai 2020

 

Il est stupéfiant d'observer le niveau de peur et de psychose qui a pu être impulsé et entretenu par les médias mainstream au regard des événements actuels. Un virus, certes assez contagieux, mais reconnu comme peu dangereux a réussi à soumettre et faire confiner une moitié de l'humanité en un temps record. Gengis Khan, Alexandre Le Grand et Napoléon semblent des petits joueurs à côté...

 

Comme je l'ai écrit dans mon bulletin précédent, notre niveau de protection personnel est intimement lié à notre immunité individuelle, au sens large du terme, ainsi qu'à notre capacité à réguler nos émotions. Cette capacité à gérer ces émotions est elle même l'un des cofacteurs, sinon le cofacteur majeur, agissant sur la qualité de cette immunité, il est si important que je me suis permis d'en parler séparément. On l'observe clairement aujourd'hui, le chaos émotionnel généré par un très questionable confinement est très marqué dans les populations.

 

Parmi les émotions qui se manifestent chez l'être humain, l'une des plus dévastatrices est sans aucun doute la peur. Cette peur dont le maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov disait qu'elle était très mauvaise conseillère et qu'elle donnait du pouvoir à ce dont on a peur, lui préparant les conditions idéales pour nuire. Dans le même registre, l'écrivain russe Nicolaî Gogol disait, ce qui est toujours parfaitement d’actualité : « Plus contagieux que la peste, la peur se communique en un clin d’œil ».

 

Voilà donc où nous en sommes avec un virus dont la dangerosité avérée est pourtant bien loin d'être celle de la peste... Mais de fait, puisqu'elles sont là et bien présentes, il est nécessaire de nous occuper de nos émotions et en particulier de cette peur, la respiration nous fournit de glorieuses techniques pour ce noble objectif. Mieux que de nous permettre de tout juste pouvoir rester à flot, certaines techniques du souffle nous remettent dans notre puissance et nous aident à vivre les événements avec beaucoup plus de confiance et même de sérénité.

 

Pensées, peur et sphère respiratoire

 

Avant de découvrir la belle technique de respiration qui suit, il est utile de rappeler que les pensées et les émotions sont étroitement liées. Une émotion ne survient jamais seule, elle est toujours précédée d'une pensée, fût-elle fugace, quand bien même n'aurions-nous pas eu le temps de voir passer cette dernière.

 

Notre réalité dépend par ailleurs largement de la qualité de nos pensées, ainsi la pensée que je vais manquer (par exemple d'air, d'espace, d'argent, d'amour...) va donner de la force à la peur qui va en découler ; la pensée d'être confiné-e contre mon gré dans un espace où je manque d'air et où j'ai l'impression d'étouffer peut indéniablement contribuer, au moins en partie, à la survenue de problèmes respiratoires. D'où l'intérêt, on l'a compris, de bien prendre soin de nos pensées.

 

La plupart d'entre nous, lors de notre éducation, avons appris à ignorer nos émotions et même à les fuir sous prétexte qu'elles ne sont pas présentables dans cette société; ainsi notre colère a été stigmatisée et il valait mieux la retenir, notre peur nous attirait une réputation de poule mouillée et nous l'avons cachée. La violence des événements actuels nous confronte directement et puissamment à nos émotions qui ont longtemps été retenues, réprimées, nous avons cette fois-ci peu de possibilités de pouvoir leur échapper.

 

En nous submergeant, la peur suscitée par les événements actuels incluant l'écroulement ou le risque d'effondrement de notre monde (personnel et planétaire), nous fait perdre tous nos moyens et contribue à embrouiller encore plus nos pensées.

 

Les grandes peurs et crises d'anxiété, nous l'avons vu, vont pouvoir se loger chez certaines personnes au niveau de la sphère respiratoire (je n'ai plus d'espace pour moi, je ne peux plus respirer, je vais mourir...), et ce encore plus quand elle sera déjà très fragilisée par certaines pollutions urbaines massives (téléphonie 5G à Wuhan, énorme pollution chimique en Lombardie).

 

Dans mon bulletin précédent je vous ai évoqué deux formes de respiration essentielles pour la régulation des émotions et en particulier de la peur, qui sont la respiration abdominale et la cohérence cardiaque. Je vous invite vraiment à les pratiquer sur une base régulière.

Nous allons maintenant découvrir une nouvelle forme de respiration très apaisante et bien adaptée à la situation actuelle, faisons d'abord connaissance avec le thymus.

 

Qu'est-ce que le thymus ?

 

En quelques mots, il s'agit d'une glande endocrine qui est située dans la partie haute du thorax, juste en dessous des clavicules, sous le haut du sternum et entre la partie supérieure des deux poumons. Le thymus est plus gros chez l'enfant que chez l'adulte chez qui il finit par se réduire et s'atrophier progressivement jusqu'à finir par atteindre seulement la taille d'une cerise.

 

Pour ce qui est de son rôle, il a deux fonctions principales qui touchent à la protection et au développement d'une partie de notre immunité :

1/ Il récupère les lymphocytes (globules blancs) produits par la moelle osseuse, lymphocytes qu'il amène ensuite à maturation ; ces derniers circuleront ensuite dans tout le corps afin d’aider à combattre les infections et les substances étrangères au corps ; en cela il constitue un élément important du système immunitaire.  

2/ Il fabrique des hormones qui aident au développement des lymphocytes cités ci-dessus.

 

Si nous parlons maintenant énergie, chacun de nos chakras majeurs, ces centrales énergétiques de notre corps situées dans l'axe de la colonne vertébrale, est relié à une glande importante. Le thymus est la glande associée au chakra du cœur et il est de suite affecté par les pensées négatives et les situations de stress. En contrepartie, son activation contribue à la neutralisation de ces énergies négatives et au renforcement du système immunitaire. Cette activation glandulaire peut être réalisée de différentes manières et notamment par massage, tapotements, par le toucher en amenant la conscience du souffle dedans. C'est précisément cette dernière manière que nous pratiquerons en amenant à la fois toucher et respiration dans cette zone du corps. 

 

 

La pratique de respiration dans le thymus

 

- Cet exercice permet donc d'activer et de renforcer la glande thymus grâce à un toucher et à une respiration sous-claviculaire localisée à son endroit.

 

- Il est d'une grande simplicité et peut se pratiquer debout, assis ou allongé, essayez de trouver la position qui vous va le mieux en fonction des circonstances et de l'environnement dans lequel vous vous trouvez.

 

- Détendez votre corps au mieux de ce qu'il vous est possible de faire, en particulier votre dos est droit sans être tendu et vos épaules sont relâchées.

 

- Respirez aussi tranquillement que vous le pouvez, tout cet exercice se pratique en inspirant et en expirant toujours par les narines. Cependant vous pouvez aussi choisir d'inspirer par le nez mais d'expirer gentiment par la bouche comme si vous expiriez dans une paille. Expérimentez le type de respiration qui vous convient le mieux.

 

- Puis, quelle que soit la posture adoptée, disposez une main (paume de main ou bien les doigts) ou bien les deux mains superposées, à l'endroit de votre thymus, juste sous vos clavicules, au niveau de la partie haute du sternum.

 

- Respirez en conscience dans la partie de votre/vos main-s en contact avec votre thymus, c'est en fait comme si vous respiriez directement dans cette glande. Bien souvent votre souffle va se diriger de lui même dans le haut de votre thorax car là où l'on met sa conscience et sa main, le souffle et l'énergie vont se diriger spontanément. Lors de ce processus le haut des poumons se remplit et le thymus est automatiquement activé et massé, ce massage et cette activation énergétique lui permettant alors de libérer ses précieux lymphocytes dans le corps.

 

- Pratiquez pendant quelques minutes jusqu'à vraiment ressentir l'effet apaisant de ce type de respiration, elle vous permet d'être plus présent-e à vous-même, de couper en grande partie votre mental et de calmer vos peurs. Les effets sont en général rapides mais tout dépend bien sûr des circonstances que vous traversez, laissez le temps nécessaire pour que le processus s'installe.

 

Quelques commentaires supplémentaires

 

De nombreux maîtres spirituels ont enseigné que la peur est le contraire de l'amour. Quand nous respirons dans le thymus, lié au chakra du cœur et à l'organe cœur, nous pouvons désamorcer nos peurs, et au delà du renforcement de notre immunité, nous ré-ouvrir à l'amour. Pensez ainsi à cette gestuelle de remerciement et de gratitude qui consiste, pour certaines personnes, à remercier en mettant l'une ou leurs deux mains sur le haut du thorax, précisément au niveau du thymus. J'ai longtemps pensé avec amusement qu'il s'agissait de personnes qui localisaient leur cœur un peu trop haut, alors qu'en fait elles activent consciemment ou inconsciemment la glande liée au cœur.

 

Faites d'ailleurs l'expérience vous même de prendre quelques respirations conscientes en mettant une ou deux mains sur votre thymus et refaites-la ensuite en les mettant sur votre cœur ou votre chakra du cœur. Que ressentez-vous dans ces différentes gestuelles, quelles différences identifiez-vous et laquelle préférez-vous ?

 

Plusieurs variantes sont possibles

 

Cet exercice de respiration dans le thymus peut être réalisé de différentes façons :

 

1/ Durant toute la durée de l'exercice, en respirant dans une ou dans les deux mains disposée-s sous les clavicules, c'est ce que nous venons d'exposer ci-dessus.

 

2/ En commençant par la variante précédente, puis en retirant ensuite la ou les mains tout en continuant à respirer au même endroit (on ressent souvent l'impression subjective que la main est toujours posée à cet endroit).

 

3/ En respirant directement dans le thymus sans poser de main sur le haut du thorax, cependant l'exercice perd souvent un peu de son efficacité - à réserver à ceux et celles d'entre vous qui ont une grande facilité à se concentrer sur une partie très précise de leur corps.

 

 

Chaque fois que l'émotion commence à vous effleurer ou s'impose, pensez à réactiver le lien conscient à votre respiration. Et gardez bien présent à l'esprit que les moments les plus difficiles de la vie représentent presque toujours les plus belles opportunités de croissance personnelle.

 

Bonnes respirations et prenez bien soin de vous ! 

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.

VOUS AIMEREZ CERTAINEMENT AUSSI :