CHOISIR SA RESPIRATION FACE AUX SITUATIONS STRESSANTES

Infolettre  Février 2019

 

 

Les situations de stress ne manquent pas dans nos vies. Si certaines peuvent être positives dans le sens où elles nous aident à stimuler certains types de ressources qui ont leur utilité et qui parfois garantissent notre survie, bien souvent elles ne font que nous affaiblir énergétiquement et émotionnellement.

 

La respiration reste de loin l'un des outils les plus puissants et faciles à mettre en œuvre afin de vivre plus sereinement ces moments inconfortables de la vie et de les assumer au mieux de ce qu'il nous est possible.

 

Je vais traiter ici de la pratique de la respiration que nous pouvons habituellement mettre en place, en pleine conscience, lors d'événements planifiés de nos vies, événements à caractère stressant dont nous savons à quel moment ils vont se produire. La seule perspective associée à un futur vécu de ces événements génère souvent peur, appréhension, colère ou toute émotion du genre.

 

Ce sont des moments tels, par exemple, une prise de parole en public, une rencontre avec une personne que l'on craint de rencontrer, une discussion avec un enjeu important, le passage d'un examen écrit ou oral, la liste est infinie...

 

L'événement étant programmé - par exemple demain j'ai rendez-vous à 14h avec mon boss et cela m'angoisse - nous allons pouvoir d'autant mieux faire ce qu'il faut et mettre en place une véritable stratégie de préparation et d'accompagnement de cette situation par des pratiques de respiration en conscience. Même s'il ne nous enchante guère, de par sa nature prévisible, nous allons pouvoir disposer d'un certain degré de contrôle sur cet événement, et ce, beaucoup plus facilement que lors d'une situation stressante qui se produit de manière inattendue.

 

 

Les différentes périodes d'un événement

 

On en distingue trois : l'événement à proprement parler, la séquence qui le précède et celle qui le suit. Un mode de respiration spécifique (ou même parfois plusieurs) pourra être associé à chacune de ces phases.

 

- La période qui précède l'événement planifié est cruciale pour se préparer de façon optimale à celui-ci, on optera pour le type de respiration le plus adapté à cette étape souvent très anxiogène.

 

- Durant l'événement lui-même, le mode de respiration en conscience choisi aidera à vivre la situation de la façon la plus sereine et harmonieuse possible.

 

- La troisième période, celle qui suit l'événement, est souvent un temps de récupération que l'on aura besoin de prendre ou non, en fonction de la situation telle qu'elle aura été vécue, en l'accompagnant de la forme de respiration la plus appropriée.

 

 

Premier temps - avant l'événement

 

Cette première période est fondamentale, c'est celle du trac de l'artiste avant de rentrer sur scène, du l'appréhension de l'étudiant avant de passer son examen, de la peur au ventre du salarié avant de demander une augmentation à son patron... Elle peut être relativement courte dans le temps ou s'étaler sur des périodes sensiblement plus longues ; dans tous les cas, on adaptera la durée de la ou des pratiques respiratoires en conséquence.

 

En fonction des circonstances, ce temps de préparation pourra être l'occasion de booster nos énergies ou au contraire de les pacifier, ou peut-être encore de se centrer intensément, tout ceci en lien bien sûr avec le type d'événement à vivre ainsi que nos capacités à gérer nos émotion.

 

Prenons un exemple afin d'éclairer ceci, celui d'un étudiant qui doit passer un examen oral ; de nombreux cas sont possibles, en voici juste quelques uns :

 

Cas 1 : Il a très mal dormi la nuit précédente et il grand besoin de stimuler ses énergies, il pourra, pour ce faire, pratiquer plusieurs séries de 20 Respirations Conscientes Connectées par la bouche. Pas trop nombreuses afin de ne pas être survolté - la respiration par la bouche est vraiment activante - mais suffisamment pour lui permette d'être en bonne forme lors de son passage.

 

Cas 2 : Il attend depuis longtemps son tour de passage et veut tout faire pour garder son calme, rester très focalisé et conserver une grande clarté mentale avant de passer devant l'examinateur. La Respiration Carrée, une forme de respiration sur quatre temps où durées de l'inspir, de la pause post-inspir, de l'expir et de la pause post-expir sont identiques, lui est particulièrement conseillée.

 

Cas 3 : Il est angoissé car il a peu révisé sa discipline ou bien il présente un tempérament particulièrement émotionnel ; il pourra par exemple pratiquer quelques Respirations Conscientes Connectées par le nez qui activeront son énergie en douceur (voir la newsletter les Respirations apaisantes), ou s'adonner à toute autre forme de respiration en conscience par le nez en veillant à équilibrer les durées de l'inspir et de l'expir. Si la peur est vraiment prégnante, une respiration par le nez avec une durée d'Expir double de celle de l'Inspir sera parfaite, la longue durée de l'expir ayant pour caractéristique de considérablement calmer le souffle et l'émotionnel (les Respirations apaisantes), je nomme pragmatiquement cette pratique la Respiration E=2I.

 

 

Second mouvement - pendant l'événement lui-même

 

Bien souvent l'essentiel a déjà été accompli lors de la phase préparatoire, et dès qu'on entre en piste, dans l'action, le mental agité va se calmer après un temps assez court. Il est alors recommandé d'adopter une respiration calme, équilibrée avec durées d'Inspir et d'Expir équivalentes ou très proches, effectuée par le nez, qui soit de type abdominale ou Respiration Complète.

 

Si le stress s'installe malgré tout durablement, alors on pourra pratiquer l'une des formes de respiration mentionnées précédemment dans la phase préliminaire à l'événement, celle qui nous paraît la plus souhaitable en fonction des circonstances.

 

 

Séquence finale après l'événement

En fonction de ce qui s'est passé précédemment, événement vécu assez sereinement ou plus difficilement, cette dernière étape n'est pas toujours nécessaire.

 

Citons deux cas parmi les nombreux cas possibles relatifs à l'étudiant et son passage d'examen :

 

Cas 1 : Tout s'est passé facilement pour l'étudiant stable émotionnellement, le sujet a été aisément traité, il sort confiant de sa salle d'examen ; il continue à respirer de manière équilibrée avec des durées d'inspir et d'expir équivalentes.ou bien il va même omettre cette troisième étape respiratoire et revenir naturellement à son type de respiration habituel.

 

Cas 2 : L'étudiant au tempérament émotionnel marqué, indépendamment de la façon dont il a traité son sujet éprouve un grand besoin de relâchement après son épreuve d'examen, la Respiration E=2I mentionnée plus haut, avec son expir très long et décontracté, sera parfaitement adéquate.

D'autres outils intéressants

 

La Respiration n'est bien sûr pas le seul outil permettant de gérer un événement stressant. La boite des outils disponibles est vaste, à commencer avant tout par une parfaite connaissance intellectuelle ou technique de son sujet ou dossier.

 

Deux autres outils ont un intérêt parfaitement avéré et contribuent, avec la respiration, à gérer une situation difficile sur un mode plus serein et détendu :

 

- La visualisation. Il est bien connu que visualiser à l'avance un environnement (lieu, personnes, situations) qui respire paix et sérénité et où tout va se passer dans la facilité et la bienveillance, est un atout majeur qui va aider à générer les conditions propices au bon déroulement d'un événement - le virtuel et le réel finissent par se rencontrer.

 

- L'utilisation répétée d'affirmations ciblées permet également d'instaurer confiance, force, sécurité et toute autre qualité nécessaire à un bon vécu de l'événement. Cette forme d'auto-programmation mentale est parfaitement efficace. On pourra par exemple répéter à l'envi, pendant les deux premiers temps de l'événement, une ou plusieurs affirmations appropriées de notre création telles « J'ai une totale confiance en moi » ou « Je suis parfaitement calme et serein ».

 

Dans de nombreuses situations de la vie j'ai pu valider que l'association des outils Respiration + Visualisation + Affirmations formaient un véritable trio gagnant lorsque l'on devait faire face à des situations difficiles.

 

 

Un dernier exemple englobant les 3 phases d'un événement

 

Étudions un cas concret, celui de l'intervention de pompiers sur un gros incendie, situation potentiellement stressante même pour des professionnels, et examinons la façon dont cette situation peut être gérée pour ce qui est de l'approche respiratoire. L'événement est planifié, même s'il s'agit de court terme, car il y a un avant événement (annonce du sinistre, déplacement sur les lieux de l'incendie), puis l'événement lui même qui est l'intervention physique sur place, et enfin la phase de relâchement après extinction de l'incendie.

 

Voici quelques suggestions concrètes qui peuvent être appliquées dans cette situation :

 

Premier temps

 

Lors de la préparation et pendant le temps de déplacement sur les lieux, l'équipe doit rester concentrée et focalisée, la plus calme et sereine possible avant une intervention qui va certainement être très animée. C'est le moment de mettre à profit les quelques minutes avant l'intervention pour pratiquer la Respiration Carrée.

 

Intervention sur le sinistre

 

Pendant l'intervention et dans le vif de l'action, continuer à garder son calme et son sang-froid sont des impératifs. L'adoption d'une respiration équilibrée avec durées d'Inspir et d'Expir équivalentes est un excellent choix, respiration qui peut être de type abdominale ou Respiration Complète, pratiquée par le nez.

 

Troisième temps

 

Après l'effort vient le moment de la phase de récupération et de ressourcement. L'adoption d' une respiration par le nez avec une durée d'Expir double de celle de l'Inspir (E=2I) sera particulièrement bénéfique et adaptée afin de pouvoir relâcher les tensions (les Respirations apaisantes) et avant de partir sur une prochaine mission...

 

 

 

Je vous ai présenté ici certains modes de respiration que l'on peut adopter et qui sont d'une grande aide dans le cadre d'événements stressants et prédictibles de la vie. On peut les pratiquer et les adapter à notre convenance afin de nous affranchir du fardeau émotionnel que certaines situations font souvent peser sur nous.

 

Lorsque l'événement est imprévisible et brutal, nos facultés à y répondre dans l’immédiat par une respiration adéquate sont mises encore plus sérieusement à l'épreuve. Pourtant c'est bien en pratiquant régulièrement et en adaptant notre souffle de manière optimale aux situations de stress prévisibles que nous nous habituons progressivement à pouvoir gérer toutes les autres situations de stress qui peuvent se produire spontanément.

 

 

Bonnes Respirations !

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.

VOUS AIMEREZ CERTAINEMENT AUSSI :