LA RESPIRATION MULTI-REPRISES

Infolettre  Novembre 2018

 

 

 Je vous présente une pratique de respiration consciente d'une grande facilité et absolument essentielle pour toute personne qui souhaite entretenir et amplifier son niveau d'énergie au fil de la journée... et des années. Une pratique que je vous encourage très vivement à pratiquer régulièrement car il s'agit là d'une des pratiques les plus fondamentales en terme de préservation et de développement d'une bonne santé.

 

La vie, dans notre société occidentale, avec ses cadences soutenues, ses trop nombreuses sources de stress, est devenue très exigeante et énergivore pour nous, êtres humains. Elle l'est devenue tellement que nous gaspillons en permanence nos ressources et énergie interne au cours de nos activités quotidiennes, sans, la plupart du temps, être à même de pouvoir compenser ces déperditions en retour, condition sine qua non pour nous maintenir en état de santé optimale.

 

Certain-e-s d'entre vous pratiquez certainement déjà au lever ou/et au coucher des exercices impliquant une respiration consciente : pratiques respiratoires spécifiques, relaxation, méditation ou bien encore séances de yoga, de qi qong, de tai chi chuan, d'un autres art énergétique interne ou encore pratique physique douce. Si vous être pratiquant-e assidu-e, vous savez combien ces pratiques sont ressourçantes, nourrissantes pour votre être tout entier et à quel point elles vous permettent de vous charger en énergie pour la journée et de la vivre plus sereinement.

 

Et bien pour autant, à moins que le durée de ces pratiques quotidiennes, toutes mises bout à bout, ne s'étale sur plusieurs heures, ce qui est concrètement et objectivement difficile à réaliser pour la plupart des personnes, un certain déficit énergétique finit tout de même par s'installer, qui a pour corollaire une accélération rapide de notre vieillissement.

 

C'est ce qui fait dire à certains maîtres taoïstes ou yogis qui excellent dans l'art d'optimiser leurs ressources énergétiques internes, que toute démarche qui vise à s'occuper de soi est quasiment vaine si nous ne disposons pas, par ailleurs au cours de la journée, de temps de pratique réguliers de respiration à nous recharger régulièrement. De techniques de respiration pratiquées en conscience, à de multiples moments de la journée, et dont les effets énergétiques cumulés deviennent significatifs, parvenant à compenser cette énergie que nous avons laissée se dissiper vers l'extérieur et nous permettant même de constituer de nouvelles réserves. C'est ce que j'ai appelé la respiration multi-reprises, une pratique facile et peu contraignante à laquelle on peut revenir pendant de courts moments à de nombreuses occasions de la journée.

 

 

En quoi cela consiste-t-il ?

 

- C'est très simple, il s'agit juste de prendre, à certains moments de la journée, quelques respirations conscientes d’affilée, une ou deux minutes peuvent suffire, ce qui va représenter entre 6 et 40 respirations conscientes, chiffre qui dépend bien sûr de votre fréquence respiratoire (6 par minute pour quelqu'un qui respire très calmement et jusqu'à 20 par minute pour une personne respirant très rapidement). Ces respirations mises bout à bout, feront qu'en fin de journée vous aurez respiré plusieurs centaines de fois en conscience et aurez considérablement rechargé vos batteries énergétiques.

 

- Vous avez tout intérêt à pratiquer ceci le plus souvent possible, plus ce sera le cas, plus vous serez en situation de compenser vos déperditions énergétiques de la journée et plus vous pourrez vous bâtir un solide capital vital.

 

- Une bonne dizaine de fois par jour constitue un minimum pour cette pratique, et de préférence une vingtaine de fois si votre temps de pratique est très court à chaque fois. Idéalement il est satisfaisant de réaliser 200 à 300 respirations en conscience par jour, à comparer avec les 9.000 à 30.000 que nous produisons quotidiennement. Si cela peut paraître peu en proportion, ces respirations sont tellement chargées d'énergie qu'elles ont un impact très significatif sur notre bien-être global. Vous pourrez moduler un peu le nombre de ces respirations multi-reprises si vous avez déjà une pratique énergétique régulière au matin et/ou au coucher, ou bien planifiée régulièrement à tout autre moment de la journée. Mais la surdose d'énergie vitale n'existant pas, alors pourquoi se priver d'une recharge de vitalité supplémentaire ?

 

 

Quel type de respiration pratiquer ?

 

Parmi les possibilités qui s'offrent à nous, est-il plus recommandé d'adopter une respiration par le nez ou par la bouche, une respiration qui va se manifester dans le ventre ou ailleurs au niveau du tronc ? Examinons les différentes possibilités.

 

Pour ce qui est de l'entrée et de la sortie de l'air dans le corps, il sera avantageux, dans la plupart des situations, d'adopter une respiration par le nez plutôt que par la bouche, ceci à la fois pour des raisons physiologiques mais également à des fins de discrétion car vous pourrez être amené-e assez souvent à pratiquer dans un environnement professionnel ou social où cette discrétion est de mise. Toutefois dans les circonstances qui le permettent, vous pouvez aussi bien respirer uniquement par la bouche ou adopter une respiration mixte (inspir nez, expir tranquille par la bouche). Je vous renvoie vers un des mes précédents bulletins pour ce qui est des caractéristiques de la respiration par le nez et par la bouche.

 

En ce qui concerne le lieu de manifestation du souffle dans le tronc qui va impulser la recharge régulière de vos batteries, les deux options les plus efficaces seront :

 

- Soit d'effectuer une respiration abdominale - une respiration largement énergisante et dynamisante faisant bouger le ventre, et localisée grosso modo au centre de gravité énergétique du corps ; elle permettra notamment de recharger la batterie énergétique des reins, de masser les organes vitaux du corps et d'activer la digestion. Ou bien, seconde option :

 

- De réaliser la forme de respiration la plus complète au niveau de l'organisme, comme son nom l'indique il s'agit de la respiration complète yogique, respiration qui se produit dans les 3 étages du tronc si chacun de ces 3 niveaux impliqués est suffisamment ouvert, ce qui n'est pas le cas chez tout le monde. Elle partagera les mêmes propriétés que la respiration abdominale (qui constitue l'un des 3 étages de cette respiration), en un peu moins affirmé cependant puisque le mouvement respiratoire et d'ouverture du corps vont aussi se diffuser ailleurs, propriétés auxquelles s'ajoutera entre autre une plénitude vibratoire du corps tout entier, la totalité des poumons et du tronc étant mobilisés dans cette opération.

 

Dans tous les cas de figures, dès que vous respirez, votre souffle s'exprimera par les voies aériennes qui ont pour porte d'entrée le nez ou la bouche, et se manifestera dans le corps, tout particulièrement au niveau du tronc, du fait de l'effet mécanique impliquant poumons et ce grand muscle respiratoire qu'est le diaphragme. Sachant qu'à un instant donné, notre conscience ne peut être véritablement présente qu'à un et un seul endroit, vous aurez le choix, au cours de vos respirations conscientes, de placer cette conscience première sur le flux de l'air qui entre et sort de votre corps par le nez ou par la bouche, avec une attention secondaire disposée sur la zone de votre tronc mise en mouvement par la mécanique du souffle. Ou bien, à l'inverse, de disposer votre conscience première dans la région de votre tronc mise en mouvement par le souffle avec une attention de second plan placée au niveau de votre nez ou de votre bouche.

 

Ce choix d'adopter une attention de premier plan sur la circulation de l'air dans vos voies aériennes ou bien sur le mouvement induit au niveau de votre tronc, impliquera des effets légèrement différents. Un postulat énergétique fondamental dit que « l’Énergie va prioritairement là où la pensée va ». En vertu de ceci, lorsque nous disposons notre attention/intention respiratoire sur une partie de notre corps, notre respiration anime, fait vibrer, énergise d'autant plus cette région de notre corps. Ainsi une conscience respiratoire première disposée au niveau de nos narines avec une attention secondaire disposée au niveau du ventre ne produira pas le même effet qu'une conscience première focalisée sur l'abdomen avec une attention secondaire portée au niveau du nez ; on ressentira beaucoup plus le mouvement du ventre et son effet mécanique dans le second cas. On pourra ainsi choisir la première option avec conscience première de l'air qui entre et sort par les narines avec en arrière plan un léger gonflement/dégonflement du ventre se produisant spontanément (mouvement naturellement peu, mais plus affirmé que lors d'une respiration non consciente). Ou bien on se focalisera en priorité sur le mouvement du ventre plutôt que sur le passage de l'air dans les narines, le ventre sera de fait plus animé, et on pourra même si on le souhaite, accentuer légèrement plus son gonflement puis son relâchement pour une meilleure recharge des reins et massage des organes.

 

Et bien sûr, pendant la journée, en fonction des circonstances et de vos envies, vous pouvez alterner vos types de respiration si vous le souhaitez ou systématiquement adopter le même modèle afin de développer une plus grande familiarité avec votre type de respiration ainsi qu'une meilleure stabilité d'attention. 

 

 

Caractéristiques et bienfaits de la respiration multi-reprises

 

Parmi ses nombreux bienfaits, citons quelques uns des plus évidents :

 

- Elle va booster en permanence votre niveau énergétique et vous ne ressentirez plus en fin de journée cette fatigue ou épuisement caractéristiques des journées bien remplies.

 

- Elle vous permet, en rechargeant régulièrement votre batterie des reins, de compenser vos déperditions d'énergie mais aussi de constituer une nouvelle réserve d'énergie.

 

- Elle permet le massage à répétition des organes vitaux posés au dessus du diaphragme, poumons et cœur, et de ceux situés en dessous : foie, vésicule biliaire, rate, pancréas, elle favorise la libre circulation de tous les liquides dans le corps ainsi que le péristaltisme intestinal qui nous permet d'éliminer régulièrement tous les déchets présents dans le corps.

 

- Elle favorise les moments de recentrage, d'amélioration de notre concentration, produit des effets relaxants, permet de lutter contre le stress, l'angoisse, l'anxiété qui sont de plus en plus répandus de nos jours.

 

 

Quels moments choisir pour pratiquer ?

 

En réalité, la très grande majorité des tâches, activités et circonstances de la vie quotidienne peuvent se prêter à un temps de respiration en conscience : chez soi, au travail, assis, debout, immobile, en mouvement, seul, en groupe...

 

Les temps de changement d'activité, de transition entre deux tâches à effectuer s'y prêtent particulièrement bien ainsi que les moments où l'on initie une nouvelle activité ; par exemple, je me lève de mon siège et je fais quelques pas, et j'associe cet acte de me lever et de marcher à l'instauration de quelques respirations conscientes.

 

Les moments dits « perdus » que l'on pourrait requalifier de temps « gagnés » sont également très propices parce que l'on peut mettre notre temps disponible à profit : dans les transports en commun, en voiture dans les embouteillages ou arrêté aux feux de circulation, dans une file d'attente avant de payer à la caisse d'un magasin.

 

Mais aussi les quelques instants pris de temps en temps dans le cadre d'une activité longue, chaque fois qu'un stimulus m'y fait penser.

 

Enfin, toutes les heures de la journée peuvent convenir à ce type de pratique.

 

 

Établir des stratégies pour penser à ces moments de respiration consciente !

 

En attendant que les moments de respiration consciente finissent par s'installer d'eux-mêmes régulièrement et spontanément dans notre quotidien, il est judicieux de mettre en place quelques saines habitudes. L'expérience montre qu'après plusieurs mois, peut-être une année, ces stratégies seront devenues beaucoup moins utiles, voire totalement inutiles.

 

Il est intéressant pour cela d’exploiter les canaux sensoriels que nous utilisons de manière privilégiée pour entrer en relation avec notre environnement et pour percevoir le monde, les canaux visuel, auditif, kinesthésique, olfactif ou bien encore gustatif.

 

- Ainsi si vous êtes une personne avec un sens visuel très développé, vous pouvez envisager de disposer des post-it mentionnant de petites annotations du genre « Respire ! », ou tout autre message significatif, dans différents endroits de votre maison (sur le réfrigérateur, l'ordinateur ou le miroir de la salle de bain), sur votre lieu professionnel (sur votre bureau ou ordinateur de travail), sur le tableau de bord de notre voiture ; ceux-ci constitueront de petits rappels et invitations à penser à prendre quelques respirations conscientes.

 

- Si vous êtes plutôt auditif vous pouvez prendre quelques respirations conscientes chaque fois que vous entendez les cloches de l'église la plus proche sonner les quarts d'heure ou les demi-heures, ou bien chaque fois que vous recevez un sms ou un email et que votre téléphone portable ou votre ordinateur émettent un bip pour vous en avertir.

 

- Si votre canal sensoriel prédominant est plutôt kinesthésique, tout changement d'activité peut se prêter à la pratique de quelques respirations : chaque fois que vous vous levez de votre siège et commencez à vous déplacer, ou au contraire chaque fois que vous vous asseyez, que ce soit au volant de votre voiture, devant votre bureau ou à votre table,de cuisine, sur votre canapé, que vous allumez votre chaîne hi fi ou télévision, voici venu un moment potentiellement intéressant pour prendre quelques respirations ressourçantes.

 

À vous de jouer maintenant, stimulez votre imagination et votre créativité, identifiez les conditions qui seront les plus appropriées et plaisantes afin de réaliser ces pratiques de respiration énergisante ! Cherchez et trouvez ces moments privilégiés où il est facile et agréable pour vous de prendre quelques profondes et lentes respirations qui vont contribuer à ce que vous refassiez votre plein de vitalité.

 

 

En Conclusion

 

Cette démarche de respirer à de multiples reprises au cours de la journée est techniquement d'une grande facilité et efficacité. La seule difficulté étant tout simplement de penser à la mettre en œuvre de manière régulière au cours de la journée !

 

Il est donc primordial de mettre en place ces mini stratégies qui nous rappellent à la pratique de ces courts instants respiratoires, tant qu'une respiration consciente ne se sera pas installée durablement d'elle-même.

 

Et puis, si 10 ou 20 séries de respirations conscientes sont une bonne base de pratique quotidienne, gardons à l'esprit que même 3 seules respirations conscientes pratiquées de multiples fois dans la journée, par exemple à chaque fois avant de décrocher son téléphone, finiront par avoir un effet très significatif au niveau énergétique et émotionnel, c'est toujours cela de pris !

 

En cultivant et développant ces moments à de multiples occasions dans notre journée, nous refaisons notre plein d'énergie tant et si bien qu'il devient rarissime de tomber « en panne d'énergie ». Et puis, pas à pas, nous mettons en place les conditions de l'étape ultime où notre respiration deviendra consciente en continu et où nous n'aurons rien eu à faire pour mettre en place cet état de recharge énergétique permanente.

 

Cette forme de respiration, est à n'en pas douter, une pratique qui favorise longévité et excellente santé, à pratiquer sans modération...

 

 

Que le souffle soit avec vous !

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.

 -