RESPIRATION ET POSITION ALLONGÉE

Infolettre  Juillet 2019

 

 

Les types de positions allongées que nous adoptons pour nous reposer ou pour dormir, de même que celles assises ou debout, influent de manière conséquente sur notre corps physique et sur de nombreuses fonctions physiologiques, au premier rang desquelles la respiration.

 

L'humain passe chaque jour de nombreuses heures allongé, en particulier au lit, son dos et sa colonne vertébrale souvent malmenés et son corps produisant une respiration limitée et loin de son véritable potentiel. La majorité des personnes dorment conformément à certaines habitudes sans trop se soucier de la qualité des postures allongées qu'elles adoptent et de l'impact souvent négatif que ces dernières peuvent avoir sur les différentes fonctions de leur corps. Il est pourtant important de souligner qu'une nuit de sommeil est faite pour se ressourcer énergétiquement et que l'un des rôles essentiels de la respiration est précisément de recharger au mieux nos batteries. Toute amélioration posturale qui permettra de mieux respirer, favorisera donc cette salutaire recharge énergétique par le souffle.

 

On aura donc tout intérêt à ce que la ou les postures allongées adoptées permettent un déploiement adéquat de nos cavités thoracique et abdominale qui autoriseront un bon déplacement et contraction du principal muscle de notre respiration, le diaphragme, et donc une ample respiration.

 

Notons d'ores et déjà que, puisque le processus de repos nocturne s'étale sur un bon nombre d'heures, les gains physiques et énergétiques d'une bonne respiration seront importants et pourront rapidement permettre de prendre des périodes de repos plus courtes avec pourtant des niveaux de régénération du corps équivalents.

 

Passons en revue les différents types de positions allongées avec les avantages et inconvénients qu'elles présentent au niveau du corps et du fonctionnement respiratoire, ceci nous sera utile afin de pouvoir éventuellement réaliser certaines adaptations salutaires.

 

 

La posture sur le dos

 

Il s'agit en général d'une position bénéfique pour ceux qui l'adoptent, même si dans la pratique très peu de personnes dorment dans cette posture pendant la nuit entière ; celle-ci favorise une respiration ample et fluide dans tout le tronc.

 

C'est la position de base pour la relaxation et le repos moyennant que la nuque et la zone des lombaires soient suffisamment confortables, on peut si le besoin s'en fait sentir disposer un petit coussin sous la tête ou au niveau de la taille. La colonne vertébrale est bien soutenue dans cette position, toute la partie avant du corps est ouverte ce qui permet un fonctionnement correct du diaphragme et donc de la respiration.

 

Cette posture a cependant pour inconvénient de favoriser les apnées du sommeil et les ronflements, un sujet très sensible chez les couples lorsque l'un empêche l'autre de dormir, ce qui explique peut-être pourquoi tant de personnes dorment sur le côté...

 

 

La position sur le côté (non fœtale)

 

C'est une position stable et simple à garder pendant la nuit, on peut éventuellement alterner le couchage d'un côté ou de l'autre. La position est adoptée naturellement par beaucoup de personnes moyennant le soutien de la tête par un petit oreiller afin de préserver l'alignement du corps.

 

Dormir sur le côté gauche est particulièrement conseillé aux femmes enceintes afin de favoriser une bonne circulation sanguine ainsi qu'aux personnes qui souffrent de reflux gastrique.

 

L'une des raisons de son succès est probablement qu'elle permet d'éviter le ronflement ; on passe ainsi souvent de la position allongée sur le dos à celle sur le côté quand on se rend compte que l'on commence à ronfler, ou quand l'on y est instamment invité par son ou sa partenaire Grrr !

 

Lorsque les jambes sont en bonne partie allongées la respiration se fait assez fluidement. Toutefois certaines personnes telles Bernadette de Gasquet recommandent, afin d'éviter une augmentation de la cambrure du dos et le déversement vers l'avant des viscères, de replier la jambe du dessus de façon à ce que l'angle cuisse-dos soit inférieur à 90°. Ceci se fait toutefois au détriment de la respiration qui est alors un peu plus limitée puisqu'une certaine compression abdominale est exercée. À appliquer ou non en fonction de notre morphologie.

 

Notons que quelques inconvénients pourront se manifester dans cette posture dont des douleurs aux épaules et aux hanches car elles sont très sollicitées, ainsi qu'un possible affaissement de la poitrine.

 

 

La position fœtale

 

Voici une autre position, très pratiquée, dans laquelle dorment de nombreuses personnes dont une majorité de femmes.

 

Cette position qui évoque le bébé et le confort dans le ventre de maman n'est pas aussi douce pour le corps qu'on pourrait l'imaginer car elle ne respecte pas la courbure naturelle de la colonne vertébrale... Comme on peut facilement le constater en adoptant cette position tout en étant dans observation de notre souffle, le recroquevillement nous coupe en grande partie de notre respiration. Au passage rappelons que, dans le ventre de sa mère, le fœtus ne respire pas par ses poumons qui, lorsqu'ils existent déjà, sont inactifs, ces derniers ne se déploieront qu'à la naissance après la coupure du cordon ombilical.

 

Si cette posture rappelle celle du fœtus et peut créer un certain sentiment de protection, le processus de respiration est donc, lui, fort différent de celle du futur bébé. Il y a compression par les membres inférieurs et supérieurs de toute la face antérieure du corps, ce qui limite considérablement l'expression du souffle, et il n'est donc pas vraiment judicieux de dormir dans cette position qui ne procure pas le sommeil réparateur que l'on est en droit d'attendre.

 

 

La position sur le ventre

 

Dormir sur le ventre, la tête tournée d'un côté ou de l'autre, ne présente pas vraiment d'avantages. Cette position est souvent le siège de douleurs dans la partie haute du corps qui se trouve être fortement comprimée. Ces douleurs et autres tensions peuvent survenir au niveau du cou, les vertèbres cervicales sont particulièrement malmenées quand la tête est tournée d'un côté ou de l'autre, les mâchoires peuvent également être affectées. Un autre type de stress peut également se manifester, cette fois-ci en bas du dos, amplifier la lordose naturelle des lombaires et créer trop de pression sur les disques vertébraux de cette région et sur la zone du sacrum.

 

Pour ce qui est de la respiration, quand on dort sur le ventre, la cage thoracique et le ventre sont mécaniquement comprimés et ont de grandes difficultés à s'expanser, le diaphragme ne peut faire son travail correctement, cette posture limite donc considérablement la dynamique respiratoire.

 

La position ventrale est, considérée par ceux-celles qui la pratiquent comme l'une des positions les plus confortables … tant que les effets secondaires ne se sont pas encore manifestés. On retiendra qu'en règle générale et pour une respiration satisfaisante, il vaut mieux l'éviter ou la limiter à des moments courts plutôt que de la pratiquer pendant toute la nuit.

 

 

Quelle position adopter pour bien dormir, préserver notre corps et optimiser sa respiration ?

 

Les types de position allongée que nous adoptons chaque nuit, tous les jours de l'année, sont d'une importance cruciale pour notre santé et bien-être. Pendant le sommeil notre corps recharge ses batteries grâce à une bonne relaxation et une respiration la plus libre possible. Toute entrave à cette dernière limite les bienfaits de ce repos corporel. De nombreux troubles tels l'insomnie et l'apnée du sommeil peuvent même être amplifiés par une posture allongée inadéquate.

 

Il est donc recommandé, au delà de l'évidence du choix d'un bon matelas et de coussins adaptés, d 'exercer une véritable vigilance quant aux positions que nous allons adopter pour dormir, et de vérifier que notre corps est suffisamment confortable et avec une respiration la plus libre possible. Comme nous venons de le voir, sauf cas particuliers, les positions allongées sur le dos ou le côté seront en règle général les plus bénéfiques à adopter.

 

Sachant qu'il est très courant de changer de place plusieurs fois pendant son sommeil, on veillera donc à s'endormir dans une position adéquate, et puis l'on s'efforcera de vérifier lors de chaque éventuelle phase de réveil pendant la nuit, que la posture dans laquelle nous sommes ou prévoyons de nous placer est également une position qui nous sera la plus profitable possible au niveau respiratoire et à tout autre point de vue.

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.

VOUS AIMEREZ CERTAINEMENT AUSSI :