Articles sur le Souffle

Années 2014-2017

  • Juin 2014 - Les 10 Biggies (Leonard Orr - traduction Luc Enaut) paru sur www.rebirth-france.com


La Respiration Consciente Connectée, un véritable tremplin vers le changement

 

Juin 2017  - Luc Enaut  - parution sur www.meditationfrance.com le  1er juin 2017

 

 

La grande majorité des cultures traditionnelles du monde ont honoré le souffle en tant que puissant facteur d'amélioration du bien-être physique, mental et émotionnel de l'être humain et en tant que vecteur d'élévation de sa conscience. Redécouverte dans les années soixante, la Respiration Consciente Connectée représente l'une des formes de respiration les plus puissantes qui soit.

 

Depuis notre conception et lors de notre naissance nous avons tous, à un certain degré, expérimenté souffrance et émotions fortes. Des événements vécus et ressentis, nous avons souvent tiré des conclusions négatives sur nous-même et sur la vie. Une grande partie du déroulement de notre vie d'adulte est basée et s'appuie sur des croyances mises en place dans les premières étapes de notre existence et pendant les quelques mois qui ont suivi notre naissance.

 

L'une des grandes forces de la Respiration Consciente Connectée est de permettre de revisiter et de pouvoir intégrer sur un plan subtil tout ce que nous avons refoulé, en particulier lors de ces périodes précoces de notre existence. Le souffle agit alors en dissolvant les marques énergétiques associées aux émotions, présentes tels de petits nuages qui se sont inscrits dans le corps.

 

Les bases de la technique de la Respiration Consciente Connectée sont simples. La respiration, comme son nom l'indique, est dite connectée car inspiration et expiration ainsi qu'expiration et inspiration se succèdent immédiatement sans aucune pause entre les deux ; la respiration résultante fait ainsi penser à une vague ou à une roue qui se répètent sans cesse. On respire par ailleurs en toute conscience, par le nez ou par la bouche, l'air avec son oxygène et toute son énergie, au travers d'un inspir volontaire et actif, et d'un expir passif et relâché. Chaque inspiration réalisée est l’occasion d'expanser notre souffle puis de relâcher et de nous libérer de nos toxines physiques et émotionnelles. La technique suggère de se focaliser particulièrement sur une respiration dans le haut de la poitrine, ce qui facilite l'ouverture du cœur et des chakras supérieurs.

 

Par son côté particulièrement actif, l'inspir génère une surventilation qui déclenche une profonde détente et harmonisation de notre corps. L'intégration des émotions qui se produit régulièrement au travers de la respiration permet la libération des énergies bloquées qui redeviennent disponibles pour notre plus grand bien. Ces énergies libérées contribuent à un net regain de notre tonus et à une sensible amélioration de notre vitalité.

 

Les bienfaits thérapeutiques de ce type de respiration sont innombrables au niveau physique, énergétique, et psycho-émotionnel. En tant que discipline d'évolution personnelle elle favorise l'amélioration de la qualité de vie, de la santé et l'élévation du niveau de la conscience.
Ainsi la Respiration Consciente Connectée produits d’excellents résultats chez les personnes souffrant d’asthme, d’allergies et de spasmophilie. Une amélioration sensible est également souvent notée au niveau du fonctionnement du système nerveux, du système digestif, de la sexualité. Le système lymphatique est activé avec à la clef un renforcement de l’immunité. Elle est également très efficace chez les personnes souhaitant arrêter de fumer, le désir de fumer étant progressivement remplacé par le plaisir de la respiration.

Chez les personnes qui pratiquent cette forme de respiration, on constate également une nette amélioration de l'estime de soi, de la confiance et de la capacité à s’affirmer, qui sont les bases de profonds changements dans la vie. De très bons résultats sont obtenus dans la gestion du stress, des tensions et des blocages émotionnels. Les personnes en proie à des peurs profondes, telles les personnes anxieuses, dépressives, insomniaques voient leur état nettement amélioré. On observe régulièrement chez les pratiquants un regain de joie, d'enthousiasme, de sérénité, une amélioration de l’intuition et du niveau de conscience, une meilleure clarté d'esprit ainsi qu’une amélioration de la créativité. Enfin on observe une nouvelle qualité dans les relations en général, en particulier dans la relation de couple et dans la relation parents /enfants.

 

La pratique de la Respiration Consciente Connectée est une école du lâcher-prise qui contribue à un épanouissement global chez l’individu. Pour une pratique réussie, dans un cadre de sécurité, de confidentialité, de bienveillance et de douceur, il suffit juste de placer sa confiance dans l'esprit du souffle qui connaît les priorités de notre Être.

Une cinquantaine d'années après son introduction en Occident, la technique est entrée dans sa phase de pleine maturité. Je pourrais vous en parler pendant de longues heures mais je vous invite plutôt à l'essayer en séance individuelle ou dans le cadre d'un stage. Compte tenu de sa puissance et de son caractère impliquant, veillez bien à choisir un facilitateur ou un coach expérimenté. Sachant que le but ultime sera que vous puissiez devenir, à un certain moment, pleinement autonome dans votre pratique.

Le Pouvoir du Souffle Conscient

 

Juillet 2016  - Luc Enaut  - parution sur www.meditationfrance.com le  1er juillet 2016

 

Pour une véritable respiration en conscience

 

Le souffle est essentiel à l'homme, au même titre que le sont l'amour, le mouvement, l'alimentation et le sommeil. La respiration rythme l'existence de l'homme : nous naissons à la vie avec notre premier souffle, elle nous accompagne ensuite à chaque moment de notre vie, et nous la quittons en libérant notre dernier souffle.

 

Les traditions anciennes ont accordé une grande importance à la respiration : souffle des transes chamaniques et des rituels initiatiques des peuples premiers, prânayâma des pratiques de yoga, souffle des traditions méditatives, pour n'en citer que quelques-unes.

 

Les nombreuses expressions populaires qui émaillent notre langue et où figure le souffle, sont les témoins de son importance et de la présence qu'il occupe dans la vie de l'homme. Il est d'ailleurs assez marquant de constater que beaucoup d'entre elles expriment nos limitations par rapport à celui-ci : avoir le souffle court, manquer de souffle, être à bout de souffle, avoir le souffle coupé, et bien d'autres encore...

 

Cela n'a rien d'étonnant car la respiration, dans sa dimension vitale, celle qui nous nourrit énergétiquement, ou bien dans sa dimension permettant la maîtrise des émotions, est une grande oubliée de nos temps modernes. Bien sûr, on respire en faisant de la gym ou en pratiquant un sport, mais le souffle est rarement pratiqué de manière pleinement consciente et ressourçante. De la même façon, bien peu de personnes pensent à user de leur respiration lorsqu'elles sont sur le point d'être emportées par une émotion. C'est souvent en contractant des difficultés à respirer que l'on réalise l'importance essentielle de ce souffle. En s'éloignant de son corps et de ses ressentis et en les remplaçant par des préoccupations extérieures à lui, l'être humain a fini par oublier qu'il était un être respirant; la respiration est devenue, sinon accessoire, en tout cas digne de fort peu d'intérêt.

 

Heureusement, tout excès amène des corrections, et un certain nombre de disciplines ou d'arts de vivre nous permettent aujourd'hui de redécouvrir en conscience ce souffle précieux qui nous habite : ressourçant du qi qong, prânayâma du yoga, souffle de la marche en conscience - souffle énergétique, émotionnellement libérateur et unifiant du rebirth, de la respiration holotropique, du chamanisme – souffle apaisant de la méditation. Le souffle se décline ainsi sous de nombreuses colorations, tantôt plus énergétiques, émotionnelles ou spirituelles qui mettent en lumière son importance vitale.

 

Les Stages des Cercles de Conscience

 

Il s'agit de rencontres et de stages d'évolution personnelle qui intègrent toute une gamme d'activités et de pratiques de transformation pour vous accompagner dans vos questionnements et dans votre cheminement sur la voie du mieux-être et de la créativité.

 

Nos pratiques se font dans un état de pleine conscience qui leur confère une valeur sacrée : marcher ou respirer avec ou sans conscience sont des activités qui n'ont que peu de choses en commun...

 

Certaines valeurs caractérisent particulièrement les stages que je vous propose :

- L'écoute, le non jugement, le respect, la tolérance, la bienveillance envers les autres… et également et surtout envers soi.

- L'ouverture du cœur et la reconnaissance que chaque être humain est important et que nous apprenons tous les uns des autres.

- Une vision holistique de l'homme, prenant en compte autre chose que son seul corps physique, en l'occurrence également ses dimensions vitale, émotionnelle, mentale et spirituelle.

- La reconnaissance que nous faisons partie d'un Grand Tout dont nous sommes indissociable.

- Une vision de la vie et de l'être humain non dogmatique, non religieuse et non sectaire, qui vise à ce que chacun devienne pleinement autonome et responsable de sa vie.

- La faculté de s'émerveiller comme savent le faire les petits enfants !

 

Respirer, bouger et chanter constituent les axes dominants des Cercles de Conscience, ils nous permettent à la fois de libérer toutes sortes de tensions, de procéder à de grands nettoyages corporels et à nous alimenter en énergie. Notre état énergétique est le garant de notre bien-être et de notre santé, il est fondamental d'y être attentif. Les différentes disciplines que nous pratiquons dans les Cercles : rebirth, yoga du son, danse, chamanisme, marche en conscience, relaxation, méditation, partage verbal, activités en co-création et d'autres encore, visent toutes à renforcer notre potentiel vital, à accéder à une vie plus joyeuse et plus porteuse de sens.

 

Dans cet art de vivre et d'approcher le plus possible la pleine conscience, le souffle occupe une place de choix puisqu'il est présent à chaque moment de notre vie, il est donc important d'en prendre grand soin. Je choisis le plus souvent possible, pour mes stages, des lieux situés dans un cadre naturel exceptionnel, des endroits inspirants et hautement énergétiques où nous pouvons exprimer notre souffle librement dans sa toute puissance et recevoir en retour tous les bienfaits de l'Univers dans lequel nous évoluons.

 

Ainsi, les trois stages annuels d'été se déroulent depuis de nombreuses années dans des lieux vraiment privilégiés du Midi de la France, des endroits que je connais bien et qui sont particulièrement propices au ressourcement. Nous associons légèreté et profondeur, ambiance de vacances et évolution personnelle au menu de chacun de ces stages, chacun possédant sa coloration et sa respiration propre ...

 

 

Vous êtes bien Vivant !

 

La respiration pratiquée en conscience est une porte royale ouverte vers de nouveaux horizons intérieurs, là où il fait bon vivre…

 

C'est à cette rencontre exaltante que je vous convie dans mes stages, à découvrir ce plaisir de respirer à pleins poumons, à vous émerveiller, à vivre des instants de joie et de sacré, et à vous reconnecter à la magie de la vie !

 

Je vous propose maintenant de prendre deux minutes, deux minutes de vrai plaisir à respirer, après avoir lu les quelques lignes qui suivent. Les yeux fermés, portez votre attention dans l'espace de votre cœur, cet espace dans lequel tout peut être résolu. Inspirez et expirez paisiblement par le nez. Prenez conscience du balancement de l'air qui pénètre dans vos narines et qui en ressort ... Sentez la manifestation de cette énergie dont l'Univers vous gratifie … Vous êtes bien Vivant !

 

Les 10 Biggies

 

Juin 2014 - Leonard Orr -  traduction Luc Enaut

 

 

Il semble qu'il y ait au moins 10 sources de base ou majeures de traumatisme et de misère humaine.

 

La première s'appelle le traumatisme de naissance. Le traumatisme de naissance peut inclure aussi bien des événements qui se sont passés dans le ventre de la mère ou lors de la petite enfance. En conséquence, l'expression traumatisme de naissance est un terme général.

 

Les psychologues se sont rendu compte que tous les adolescents qui se suicident ont eu des naissances difficiles, et pour autant la majorité des gens ne croient pas au traumatisme de naissance. Les psychologues ont également signalé que plus de 70% des personnes qui se retrouvent en prison ont également vécu des naissances difficiles. Le pourcentage restant résulte principalement d'abus parentaux.

 

On peut empêcher et guérir le traumatisme de naissance, mais il nous faut reconnaître le problème et le traiter intelligemment.

 

Les pratiques d'accouchement en douceur sont de plus en plus appréciées, y compris la naissance dans l'eau.

Grâce à différentes formes de thérapies, les gens commencent à se sentir suffisamment en sécurité mentalement et physiquement pour ressentir leurs mémoires douloureuses et terrifiantes ainsi que leurs douleurs. La respiration consciente connectée peut accélérer notre propension à nous relaxer, à nous souvenir, et à nous guérir.

 

La seconde source de traumatisme s'appelle le syndrome de désapprobation parentale. Je l'appelle aussi la destruction de la divinité naturelle de l'enfant. Les parents font cela en général de manière inconsciente, en suivant juste les traditions familiales. Il existe diverses formes d'auto-amélioration, de psychothérapie et de travail sur l'enfant intérieur qui excellent dans la guérison de ces types de traumatismes. L'éducation d'un enfant éveillé est un art et une science.

 

Le troisième problème majeur chez les personnes est le mauvais usage de la formidable puissance de l'esprit humain. Toutes nos pensées sont créatrices. La plupart des gens ne semblent pas réaliser ceci et se livrent à des pensées dommageables et négatives.

 

La quatrième cause de la misère humaine est la pulsion de mort inconsciente. Les gens ne semblent pas se rendre compte qu'ils créent leur propre mort en accord avec leur tradition familiale.

 

L'alimentation et le style de vie, y compris un manque de pratiques de purification spirituelle, tue la majorité de la population.

 

La cinquième source de misère peut résider dans les mémoires de vies passées si nous avons eu des vies passées. Les thérapies de régression dans les vies antérieures ainsi que l'étude scientifique de la réincarnation ont rencontré beaucoup de succès ces dernières décennies.

 

La sixième, certaines personnes ont souffert principalement à l'école. L'éducation mérite beaucoup d'attention. Le programme scolaire actuel était destiné aux enfants vivant à la ferme. Nous avons maintenant besoin d'un programme scolaire qui mette les enfants en lien avec la nature. L'éducation des adultes est d'une importance capitale, je pense que l'école devrait être obligatoire pour les adultes et facultative pour les enfants. J'aime lire au moins un livre par semaine. Arrêter d'apprendre est la plus grande des sources d'ignorance.

 

La septième, des personnes ont eu leur estime de soi et leurs bons sentiments détruits par leur religion. J'ai longtemps crû que la bible protestante était le seul livre sacré. Cela m'a éclairé de lire les bibles catholique et juive. Il s'agissait des livres que Jésus et Paul ont effectivement utilisés. Et lorsque j'ai découvert le Shiva Purana et le Srimad Devi Bhagavatam qui couvrent des millions d'années de l'histoire humaine, j'ai été encore plus éclairé. Dieu réside dans l'espace entre nos pensées et la source de chacune de nos respirations.

 

La huitième est la sénilité. La plupart des gens transforment cette étape de vie en misère ultime. Mais certains y survivent en bonne santé et paraissant rester jeunes et bien portants. Nous commençons à avoir un regard neuf sur le potentiel divin de l'être humain. Que se passe-t-il si vous traversez toute votre sénilité et grand âge en respirant et que vous ne mourrez pas ?

 

La neuvième est le déni de la féminité. Il s'agit de notre nature divine. L'énergie est la source de l'esprit et la puissance de l'esprit. Les femmes sont la source naturelle de l'énergie de vie.

 

Et la dixième est le syndrome du sauveur de l'humanité. C'est le principe masculin au libre cours. Lorsque nous réalisons que nous sommes divins, nous souhaitons être respectés ou même adorés. Si nous accomplissons une grande œuvre, nous voulons que chaque personne nous honore. Si nous pensons pouvoir sauver le monde, nous ne voulons pas que qui que ce soit entre en compétition avec nous. Il s'agit d'une forme extrême de rivalité fraternelle. C'est la personne qui pense qu'elle est un cadeau de Dieu pour l'humanité, mais qui est totalement esclave de son appétit charnel et de matérialisme. Ou bien c'est la personne, gros poisson dans une petite mare, plutôt que petit poisson dans un grand océan. C'est le narcissique.

 

 

La guérison de toutes ces sources de traumatisme humain s'appelle la guérison de la pensée émotionnelle. Connaissez-vous quelqu'un qui a réussi à guérir sa pensée émotionnelle ?

 

Cet idéal est l'objectif de la guérison totale. C'est l'objectif de notre potentiel divin humain.

L'apprentissage de la respiration énergétique consciente et de tout ce que nous pouvons apprendre d'autre est une bonne idée. La qualité de notre vie est déterminée par la qualité de nos idées. Élever la qualité de nos pensées et de nos sentiments est un processus éternel.

 

Les 6 clefs d'un stage réussi

 

Juin 2014 -  Catherine Maillard  - parution INREES le 3 juin 2014

 

 

Développement personnel, thérapie, chamanisme… Les stages sont en plein essor. Franchir le pas n’est pas si simple. Comment le choisir, et pourquoi ? Trois experts mettent en évidence leurs vertus et les différentes étapes à connaître pour en bénéficier au mieux.

1) Bien choisir son stage


Face à la diversité des propositions qui sont faites, comment s’y retrouver pour faire son choix ? « En réalité, ce sont souvent les évènements de la vie, des synchronicités qui nous poussent vers tel thème ou tel thérapeute », répond Christiane Lewin, co-fondatrice de l’Ecole de Psychologie Biodynamique. Alors s’impose comme une évidence le bon moment pour se lancer et s’inscrire, un choix somme toute peu rationnel ! Pour la psychothérapeute et coach Christine Marsan également, « Les diplômes/certifications ne suffisent pas lorsque nous touchons à l’intime de soi, même s’ils constituent un premier filtre. C’est l’intuition et le feeling qui priment pour se décider. » Le bouche à oreille joue aussi son rôle, et l’expérience que partage un ami peut influencer notre décision. Tout comme des recommandations de thérapeutes : « certains conseillent à leurs patients l’expérience du groupe, que ce soit eux qui animent le stage, ou un confrère avec une approche complémentaire », ajoute Christiane Lewin. Toutefois, au final, il se pourrait bien que nous soyons dotés d’une sorte d’antenne pour répondre à un appel presque impérieux : celui d’un rendez-vous avec soi !

2) Se préparer à être « activé »


S’inscrire à un stage est loin d’être anodin ! C’est même souvent le « top départ » d’un travail intérieur qui commence. En effet, « peu de temps avant, beaucoup de mes stagiaires rêvent », a pu constater Sarah Serievic. « La psyché est en train de symboliser quelque chose qui a besoin d’être visité ». Les réactions diffèrent pour chacun. Christiane Lewin a observé « des somatisations ou des crises relationnelles qui s’amplifient ». Ce sont des pans de l’inconscient qui se manifestent, cherchant à affleurer à la conscience, comme autant de « matériaux » pour le stage à venir. C’est normal ! Les retrouvailles avec soi se préparent ! Certains « stagiaires » vont anticiper volontairement. « Ils peuvent se projeter, imaginer, s’investir dans ce qu’ils veulent résoudre ou faire évoluer. Tout leur être conscient et inconscient se met en mouvement », commente Christine Marsan. D’autres encore vont faire confiance et lâcher prise. Quelle que soit l’approche, l’idéal est de se rendre disponible pour ce processus, pour qu’il suive son cours ! Le stage n’en sera que plus bénéfique.

3) Entrer en résonance


L’une des spécificités du stage en groupe est le phénomène de résonance, qui met en évidence la notion d’inconscient collectif. Pour Christiane Lewin, « quand une personne entre dans sa profondeur, et qu’elle partage des éléments de sa vie, les mémoires inconscientes d’une autre sont activées, et mises à jour. » Chacun se renvoie en écho ses problématiques, ses histoires et expériences de vie, induisant des prises de conscience autour de soi, souvent à son insu. « Ce miracle se produit à chaque stage », s’émerveille toujours Christine Marsan. Par ailleurs, nous ne nous retrouvons pas par hasard dans tel ou tel groupe. « Nos problématiques sont collectives », rappelle Sarah Serievic. Nous l’oublions souvent, tant nous sommes repliés sur notre souffrance, persuadés que nous sommes seuls à vivre cet « enfer ». Alors qu’en réalité, nous souffrons tous d’une blessure profonde, que ce soit une trahison conjugale, un abandon parental, un viol, ou toute autre maltraitance. Christiane Lewin poursuit : « le fait d’accueillir les blessures des autres ouvre à la possibilité d’accueillir les siennes. » A ce titre, le groupe est un modèle d’humanité.

4) S’ouvrir à l’accélération


Le groupe va produire une accélération de prises de conscience, là où parfois nous pouvons « tourner » autour du pot en séance individuelle, sous le regard bienveillant de notre thérapeute. Comment l’expliquer ? « Les interactions, les rebondissements, les éclairages des uns et des autres créent une intensité particulière », répond Christine Marsan. Inter agis par ce puissant égrégore collectif, nous avons la possibilité de rencontrer nos parts d’ombre et blocages pour les alchimiser… plus rapidement. « Brassés dans ce grand bain collectif, nous sommes cueillis par surprise par la valse des prises de conscience des uns et des autres », ajoute Sarah Serievic. « Nous voilà surpris en flagrant délit de nous-mêmes ». Là où parfois nous freinions des quatre fers, nous sommes poussés à dépasser nos limites, libérant des émotions que jusqu’ici nous ne pouvions exprimer. « C’est possible grâce au cadre de grande sécurité, de bienveillance et de confidentialité que crée le groupe », précise Christiane Lewin. Comme une matrice bienveillante, l’entité groupe qui est à l’œuvre permet alors une nouvelle renaissance.

5) Accepter les résistances


La notion de résistance fait également partie du processus d’évolution. Elles peuvent d’ailleurs se manifester dès le début du stage, comme un train qu’on rate, un événement qui pousse à annuler. « Ce sont des obstacles inconscients pour ne pas franchir le seuil que son envie de s’inscrire justement amène à vouloir dépasser », décode Christine Marsan. « Face à l’imminence de la mise en lumière de la blessure, certains peuvent couper leur respiration, durcir leurs muscles, ou s’absenter psychiquement », a pu noter Christiane Lewin. D’autres se bloquent le dos, sont sujets à de violents maux de tête ou de ventre… Mais nous ne résistons pas par hasard ! Pour Sarah Serievic, « on ne résout pas tout en un seul stage ; une résistance sert de balise de repérage, le mieux est de créer une alliance avec elle, de l’accepter. » Lutter contre peut avoir l’effet contraire, à savoir l’amplifier, et alors le processus peut être difficile et douloureux. Quand on se sent autorisé à résister, la possibilité d’une prise de conscience essentielle est plus facile. Le stage joue alors le rôle de palier ; une séance individuelle ou une autre immersion dans le groupe sera peut-être nécessaire pour exprimer ce qui ne peut pas encore l’être.

6) Faciliter l’intégration


« Il n’est pas rare que les après-stages soient tumultueux », prévient Christiane Lewin. Le plus efficace pour un atterrissage en douceur est d’anticiper positivement le retour chez soi. « Vous pouvez vous visualiser chez vous, rechargé de bonnes ondes dans une atmosphère harmonieuse », propose Christine Marsan. Quoi qu’il en soit, vous risquez d’être décalé, c’est une évidence. La première clé d’intégration est de résister à la tentation de tout partager avec l’autre, qui peut ne pas comprendre. Par ailleurs, s’approprier un endroit de la maison, comme lieu de retrouvailles avec cette expérience, est également une clé. Installez par exemple un autel, avec un objet qui symbolise votre nouvelle étape… Enfin, il n’est pas rare que des situations conflictuelles surgissent, entraînant de la confusion. « C’est une opportunité d’apporter une nouvelle compréhension de ce qui se rejoue dans votre histoire, et d’y répondre différemment », explique Sarah Serievic. Toutefois, ce n’est pas miraculeux, le processus demande du temps. Souvent, une séance avec son thérapeute est nécessaire pour une meilleure intégration.