PLEINE CONSCIENCE ET RESPIRATION

Infolettre Juillet-Août 2018

 

 

La Pleine Conscience

 

 

La méditation est un processus qui consiste à observer le corps et l'esprit de manière délibérée, à laisser nos expériences se déployer d'instant en instant, et à les accepter telles qu'elles sont.

 

Méditer en pleine conscience revient à nous donner du temps pour revenir à la maison, dans notre moi intime, à nous donner du temps de paix et de renouveau intérieur.

 

Savoir ce que nous sommes en train de faire pendant que nous le faisons est l'essence de la pratique de la Pleine Conscience, cette pleine conscience n'est fondamentalement qu'une façon particulière de faire attention, d'être présent d'instant en instant. Elle se cultive par une attention délibérée aux choses auxquelles nous n'accordons habituellement jamais le temps d'une pensée.

 

L'idée de base est de créer un « îlot d'être » dans « l'océan de faire » constant dans lequel notre vie est en général immergée. Il s'agit de préserver des moments où « être » et où cultiver attention et vigilance.

 

Une des plus grandes forces de cette pleine conscience, encore appelée mindfulness, est de ne dépendre d'aucun système de croyance ni d'aucune idéologie, si bien que ses bénéfices sont accessibles à quiconque veut les essayer sur lui-même.

 

 

La Respiration

 

 

La façon la plus facile et la plus efficace de commencer à pratiquer la pleine conscience est de diriger simplement notre attention vers notre respiration et de voir ce qui se passe.

 

En ramenant notre attention au souffle de manière répétée chaque fois qu'elle s'égare, notre concentration se construit et s'approfondit, tout comme les muscles se développent à force de soulever des poids de manière répétée.

 

L'idée est de relaxer son ventre autant que l'on peut, car si les muscles qui forment la paroi de notre ventre sont tendus plutôt que relâchés lorsque le diaphragme se contracte, alors ce dernier ne pourra descendre bien loin. Quand nous centrons notre respiration au niveau du ventre, nous nous connectons à une région du corps située en deçà des agitations de notre esprit pensant, et donc intrinsèquement plus calme.

 

Être présent à notre respiration nous aide à apaiser corps et esprit. Nous sommes alors capables d'être conscients de nos pensées avec davantage de calme et de discernement, nos pensées ne sont rien d'autre que des pensées...

 

Le fait de donner à l'esprit une chose à suivre de près, à savoir le souffle, pour remplacer la série de choses dont il se préoccupe habituellement, permet également d’accroître notre pouvoir de concentration.

 

La Pleine Conscience, ou méditation de pleine conscience, peut se pratiquer de façon formelle ou moins formelle. La pratique informelle, qui consiste à utiliser le souffle et à en être conscient de temps en temps au cours de la journée, ou même tout au long de la journée, est certainement aussi valable que la pratique formelle de la méditation (allongée, assise ou marchée). Les deux pratiques se complètent et s'enrichissent mutuellement.

 

 

 

Certains paragraphes de ce texte sont extraits ou directement inspirés du livre de Jon Kabat-Zin « Au cœur de la tourmente, la pleine conscience ».

 

 

Belles méditations et respirations à vous tou(te)s !

 

 

 -