MÉDITATION ET PLACEMENT DU Souffle

Infolettre Mai 2017

 

 

Plus personne n’ignore les bienfaits de la méditation et des ses contributions que sont la relaxation, la respiration et l'art de la pleine conscience du corps et de l'esprit. En méditant nous gagnons en calme, nous devenons plus posés, nous améliorons notre clarté mentale, nous devenons plus intuitifs et plus connectés au grand tout, nous pouvons aligner une longue liste de bénéfices à adopter la méditation dans notre vie.

 

Je vous propose aujourd'hui d'observer où vient se placer le souffle dans notre corps, lors du processus de méditation, et en fonction des spécificités mises en œuvre dans cette méditation. Notons que les verrous physiques et énergétiques présents dans le corps ainsi que la morphologie de chaque personne pourront parfois interférer sur ce qui est décrit plus bas (par exemple si j'ai le haut de la poitrine verrouillé, il me sera difficile de voir le souffle se manifester dans cette partie de mon corps lors d'une méditation).

 

 

Il existe un grand nombre de techniques méditatives ; parmi les objets de concentration proposés dans les différents types de méditation existants, figurent le mouvement de l'abdomen induit par la respiration, les effets du passage du souffle dans les narines, une focalisation sur le troisième œil, sur le vide, et bien d'autres encore.

 

Dans un corps où le souffle peut circuler librement dans les trois niveaux que sont le ventre, le centre du thorax et le haut de la poitrine, voici ce qu'on observe en général lors d'une méditation assise dans une posture détendue avec le dos droit et non rigide :

 

 

- si la méditation ne possède pas d'objet spécifique de concentration, le souffle a tendance à se placer prioritairement dans le ventre, reflétant ainsi le fait que c'est dans la zone basse des poumons que sont présentes la majorité des alvéoles qui capturent l'oxygène et l'énergie

 

- mais en ajoutant à la pratique un mudra (position symbolique des doigts des mains), les choses peuvent changer ; ainsi sans mettre l'attention dans la respiration mais avec la mise en œuvre, par exemple, du célèbre jnana mudra (mains sur les genoux, paumes disposées vers le ciel, index et pouces en contact), la respiration est partiellement effectuée dans le ventre mais elle monte aussi plus haut dans le corps, c'est tout le tronc qui respire

 

- dans un type de méditation basée sur la conscience de la respiration et sur le mouvement induit au niveau du ventre, on vérifie que le souffle se positionne principalement dans le ventre, là où l'on a disposé l'attention ; le jnana mudra appliqué dans cette méditation fera par contre monter, comme précédemment, le souffle plus haut dans le corps

 

- si la conscience respiratoire est mise dans le passage du souffle au niveau des narines plutôt qu'au niveau du mouvement de l'abdomen, le souffle va animer un peu le ventre mais il va monter assez facilement jusque dans le haut de la poitrine

 

- si la méditation a pour objet de concentration le troisième œil, donc à nouveau une zone du haut du corps, on remarque à nouveau une respiration qui va s'exprimer facilement dans le haut de la poitrine

 

- dans une méditation où l'on pose une intention d'ancrage ou bien de connexion spirituelle, vous l'avez deviné, la respiration sera dans un cas plus ventrale et dans l'autre elle montera plus volontiers dans le haut du corps...

 

 

Pratique

 

A vous d’expérimenter tout cela maintenant !

 

Pour cela, adoptez une respiration tranquille dans une posture qui peut être toute simple, assis(e) sur une chaise, ou bien en tailleur, demi lotus ou lotus, tant que vous y trouvez votre confort. Votre posture est relaxée, le est dos droit et détendu, vos yeux sont clos ou mi-clos.

Et puis testez maintenant les différents cas de figure que j'ai mentionnés précédemment, observez, découvrez, ressentez, déployez une écoute de plus en plus fine du corps et jouissez de ce bonheur de vivre la pleine conscience du corps et de la respiration !

Si vous avez des difficultés au niveau de la qualité de votre ressenti, vous pouvez vous aider en positionnant une ou deux mains sur votre corps, vous pouvez aussi amplifier un peu votre souffle pour mieux sentir ses effets.

 

 

Observer le placement de notre souffle, lorsque nous méditons, permet de développer toujours plus la pleine conscience portée à notre corps ; ceci nous permet également de découvrir nos limitations dans le processus de la respiration afin de pouvoir y apporter des améliorations.

plus d'infos sur l'observation de la respiration

 

Certaines techniques de souffle, telle la Respiration Consciente Connectée, peuvent permettre en quelques séances de nous libérer des blocages physiques et énergétiques qui sont un empêchement à une bonne fluidité du souffle et à une pratique optimale de la méditation. plus d'infos sur la pratique de la Respiration Consciente Connectée

 

L'exercice montre clairement une chose fondamentale : l'énergie (le souffle) va là où la conscience va. Ainsi, dans un corps où le souffle peut circuler librement, lorsque l'objet de concentration est localisé dans le bas du corps, la respiration s'effectue plutôt dans le ventre ; quand il est situé dans le haut du corps, le souffle se manifestera, certes partiellement dans le ventre, mais aussi très librement dans les parties hautes du corps. Avec le cortège d'applications qui peuvent en découler au niveau du bien-être, de la santé et de l'évolution personnelle.

 

 

Bonnes méditation et respiration !

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.