LA RESPIRATION QUI MASSE LE CERVEAU - KAPALABHATI

Infolettre Août 2017

 

 

Il s 'agit de l'une des grandes respirations tonifiantes du yoga qui est en même temps une puissante technique de purification. Kapalabhati permet de réaliser un véritable massage du cerveau ainsi qu'une vivification des glandes endocrines présentes dans celui-ci.

 

 

Les caractéristiques de Kapalabhati

 

C'est un fait peu connu, le processus de respiration modifie le volume du cerveau : à l’inspiration le volume de ce dernier diminue, il augmente au contraire à l'expiration. Le mouvement de la respiration influe donc systématiquement et de manière perceptible sur la circulation des fluides dans le cerveau.

 

Lors de la pratique de Kapalabhati, forme puissante et tonique de respiration, le flux sanguin dans le cerveau est stimulé encore plus intensément, le sang veineux stagnant ou circulant lentement est alors décrassé et le cerveau approvisionné en oxygène frais. Toutes les cellules cérébrales et les glandes endocrines sont alors vivifiées. Cette stimulation du cerveau favorise une meilleure concentration et diminue les risques d'assoupissement. Cette propension à nettoyer et stimuler le cerveau ont valu à ce type de respiration l'appellation sanskrite de « respiration du crâne brillant ».

 

L'autre remarquable caractéristique de cette technique est d'exercer un rôle de nettoyage et de purification des poumons en en chassant l'air résiduel vicié et en provoquant une meilleure oxygénation du sang ; les narines encombrées seront également efficacement libérées de leurs mucosités. Il s'agit bel et bien d'une des plus puissantes techniques de purification du corps par le souffle.

 

Un autre bienfait de cette respiration qui se pratique avec une contraction de la sangle abdominale, est d'activer sensiblement la digestion et le transit intestinal, et de lutter efficacement contre la constipation.

 

 

Description de la technique

 

Kapalabhati se pratique par le nez avec le dos bien droit, assis en tailleur (ou en posture de demi lotus, lotus ou du diamant si ces postures vous sont confortables), mains disposées sur les genoux.

 

Au contraire de la majorité des formes de respiration où un inspir actif précède un expir passif, cette respiration s'en distingue par le fait qu'elle est constituée d'une phase d'inspiration passive précédée d'une phase d'expiration très active. La pratique consiste à expulser l'air en rafales brèves et forcées sur l'expir, chaque expiration étant donc suivie d'une inspiration passive.

 

L'attention est placée dans le bas-ventre un peu au dessous du nombril. On commence par relâcher la sangle abdominale puis on la contracte brusquement ce qui va créer une expulsion d'air très énergique par les narines. Une inspiration passive s'ensuit alors, de durée sensiblement plus longue que la phase d'expir. La phase d'expir actif dure autour de deux dixièmes de seconde seulement, tandis que l'inspir dure environ le triple de ce temps.

 

La qualité de cette respiration réside principalement dans la puissance de l'expir plus que dans le nombre de respirations produites par minute, sachant que ce nombre de respirations varie entre 60 et 120 par minutes (à comparer avec les 12 à 18 respirations par minute produites en moyenne lors d'une respiration habituelle chez l'être humain!).

 

 

Favoriser une pratique progressive

 

Cette forme de respiration étant puissante et énergique, il est bon de s'y exercer assez progressivement afin que nos poumons puissent s'y 'habituer en douceur ; on pourra ainsi commencer l'apprentissage en effectuant 3 rafales de 10 ou 15 respirations seulement, chaque rafale étant séparée de la suivante par une respiration lente durant quelques dizaines de secondes. On pourra ensuite augmenter progressivement le nombre de respirations par rafales au fil des semaines ; avec un peu d'habitude on réalisera assez facilement des rafales d'une cinquantaine d'expulsions ou plus, rafales que l'on pourra pratiquer par série de trois.

 

 

Quelques points à respecter pour une bonne pratique

 

Puisqu'il s'agit d'une pratique abdominale, on veillera à ce que le thorax reste le plus immobile possible.

 

Au niveau du visage et des narines, on s'appliquera à ce qu'ils restent les plus détendus possibles, on évitera en particulier de grimacer, ce qu'ont l'habitude de faire la plupart des débutants.

 

Une attention particulière sera portée à la durée de l'inspiration, de manière à ce qu'elle soit sensiblement plus longue que celle de l'expiration.

 

 

Quand Pratiquer

 

On peut avantageusement pratiquer cette technique en début de journée avant d’exécuter des postures de yoga, des exercices de pranayama (autres respirations yogique) ou bien encore de la méditation. La qualité de la respiration dans les exercices qui suivront cette technique gagnera en amplitude et en fluidité, la pratique méditative sera grandement facilitée.

 

En plus de la pratique matinale, cette respiration purifiante et défatiguante peut être pratiquée quelques minutes au cours de la journée lorsque l'on se sent en baisse de tonus ou en surmenage cérébral. Elle stimulera alors la concentration mentale ainsi que nos facultés intellectuelles.

 

La technique est à adopter progressivement au début, elle est très avantageuse à pratiquer sur une base quotidienne compte tenu du peu de temps qu'elle requiert et de son extraordinaire efficacité.

 

 

Précautions à prendre

 

Il y a quelques contre-indications à cette pratique puissante. Les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires, ainsi que les femmes enceintes s'abstiendront de réaliser ce type d'exercice

 

 

Je vous souhaite une excellente pratique !

 

 

www.respiration-et-conscience.com

Vous pouvez diffuser ce texte en gardant son intégralité et le lien actif vers le site internet. Merci.